Le "Dictionnaire des personnalités" du CSA

Rions un peu avec le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Le gendarme du PAF s'est en effet attelé depuis le 1er janvier 2009 à imposer aux radios françaises la règle dite des trois tiers (jamais appliquée depuis 1969!), destinée à répartir équitablement le temps de parole politique entre gouvernement (premier tiers), majorité parlementaire (deuxième tiers), et opposition (troisième tiers). Reprenons donc : le gouvernement étant issu de la majorité parlementaire, les ministres et députés de la majorité disposent donc très officiellement des deux tiers du temps de parole politique dans les médias, alors que les partis d'opposition, de l'extrême gauche à l'extrême droite, ne doivent pour leur part pas disposer à eux tous de plus d'un tiers de ce temps de parole. Et le Président de la République dans tout ça ? Eh bien lui, son temps de parole n'est pas comptabilisé tout simplement ! Ce qui fait qu'en dehors du cas de la cohabitation, l'opposition ne peut prétendre qu'aux miettes du débat (fort heureusement, le PS semble actuellement très bien s'en satisfaire). Et lorsqu'on sait à quel point l'actuel locataire de l' Élysée aime se montrer dans les médias, on se dit qu'il est bien loin le temps du débat démocratique. Comme l'ironise le journal Le Point, les patrons de radios n'ont plus besoin que de deux choses pour préparer une émission : "un bon chronomètre et un stock d'aspirine".

Mais le CSA ne s'est pas contenter de cautionner cette aberration démocratique. Non, en plus, il nous a fait une petite blague, en élaborant un très sérieux Dictionnaire des personnalités où figurent 1949 noms politiquement étiquetés, destiné à aider les radios à mieux répartir ce précieux temps de parole. Ainsi Cali et Johnny Hallyday ne sont plus désignés comme des chanteurs, mais comme des "adhérents", respectivement du PS et de l'UMP. Doc Gynéco (UMP) ou encore Philippe Torreton (PS) figure dans cet ouvrage. Il est cependant important de noter que seuls les propos politiques sont chronométrés. Mais pour savoir où commence le discours politique, aucune méthode n'est donnée. Reste que de nombreuses personnalités pourtant parfois politiquement engagées ont réussi à passer à travers les mailles du filet, où plutôt celles du CSA, notamment Patrick Sébastien (MoDem), Laurent Ruquier (PS), Enrico Macias (UMP), ou encore l'inégalable Steevy Boulay, fin théoricien affilié à l'UMP. Roger Hanin ne figure pas non plus dans le précieux dictionnaire, sans doute le CSA ne savait-il pas à quel parti l'affilier.

 

Sources : Les Inrockuptibles, Lepoint.fr

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site