Sans domicile fixe, mais expulsés quand même!

Les Enfants de Don Quichotte poursuivent depuis plusieurs semaines un véritable tour de France afin de tenter de mobiliser à nouveau les citoyens sur la question du mal-logement. Ainsi, ils avaient jeudi dernier établi un campement dans le centre de Strasbourg. Dans la nuit de lundi à mardi, toutes les tentes ont été démontées et le campement a été évacué par la police.

Outre l'expulsion du centre en elle-même, déjà sujette aux critiques, la polémique enfle autour des conditions de l'opération : alors que le préfet de police assure que la dissolution du camp s'est faite avec "tact, mesure et humanité", plusieurs Don Quichotte affirment au contraire avoir été "copieusement battus" à coups de matraque ou de taser. Ce qui est certain, c'est que l'un d'eux a bel et bien passé la nuit en garde à vue, en l'occurrence le président strasbourgeois du mouvement, Alexandre Glardon, pour des motifs qui n'ont pas été officiellement révélés.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site