Blog

Le plus long concert du monde

Battre un record du monde, voilà un but qui en passionne plus d'un, même si parfois on se demande tout de même où certains vont chercher leurs idées de record. Celui battu ce week-end n'est cependant encore pas trop farfelu, et certains n'éhistent pas le à comparer, à tort ou à raison, à une véritable performance sportive : il s'agit de celui du plus long concert individuel.

Et c'est le Canadien de 37 ans Gonzales qui l'a battu avec une performance au piano et au chant homologuée à 27 heures, 3 minutes et 44 secondes par le livre Guinness à Paris dans la nuit de dimanche à lundi, battant ainsi le record de 26 heures et 12 minutes établi en décembre dernier par l'Indien Prasanna Gudi. On peut en tout cas le féliciter, et surtout lui souhaiter à présent une bonne nuit.

La transsexualité ne devrait plus être une maladie mentale en France

Alors que se déroule aujourd'hui la journée mondiale de lutte contre l'homophobie, la Ministre de la Santé Roselyne Bachelot a décidé d'envoyer un "signal fort" en annonçant la saisie de la Haute autorité de la Santé (HAS), en vue de retirer la transsexualité de la liste des maladies mentales où elle figurait jusqu'à présent. La décision, révélée par le journal Libération, a été saluée par l'ensemble du milieu associatif, qui espére désormais que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) suive rapidement l'exemple de la France en la matière.

Reste que cette décision hautement symbolique devra être acompagnée d'un ensemble de mesure pratiques, notamment en ce qui concerne la facilitation du changement d'état civil.

Le gynécologue de Rachida Dati devant le Conseil de l'ordre

On ne plaisante pas avec le secret médical. Dans le dernier numéro du magazine Paris Match, le docteur Claude Debache, gynécologue de la Garde des Sceaux, relate les cinq jours passés par Rachida Dati à la clinique de la Muette où elle accouchait au mois de janvier de la petite Zohra.

Pour Irène Kahn-Bensaude, présidente du Conseil de l'ordre départemental des médecins de Paris, cet article n'est ni plus ni moins qu'une violation du secret médical, et "une publicité phénoménale" pour le médecin. À l'issu de l'entretien, le Conseil "décidera ou non de porter plainte devant la chambre disciplinaire de première instance du Conseil de l'ordre régional des médecins d'Île-de-France, compétent pour prononcer la sanction", Irène Kahn-Bensaude précisant de plus que Rachida Dati elle-même pourrait porter plainte. 

Ca passe... ou ça Kaas !

Patricia Kaas, qui hier représentait la France pour le 54ème concours de l'Eurovision, n'est pas sortie gagnante malgré les espoirs que certains avait placé en elle, pas plus qu'elle n'a réussi à se placer dans le trio de tête. C'est le jeune Norvégien de 22 ans Alexander Rybak qui a remporté haut la main la compétition, avec 387 points sur 451 possibles.

Comptabilisant au total 107 points, Patricia Kaas se hisse toutefois à la huitième place, un bien meilleur score que celui de son prédécesseur Sébastien Tellier qui en 2008 avait finit dix-huitième sur vingt-cinq candidats avec 47 points.

Tout nu dans la rue : une pub au poil

Besoin de vous faire un peu de pub ? Mettez-vous tout nu ! Ça semble en tout cas être un moyen de promotion efficace et à la mode. Dans l’intérêt d’un buzz médiatique, plusieurs personnes sont mis à poil dans la rue et ont ainsi attiré l’œil, certes un peu voyeur, des passants surpris.

 Ainsi, il y a quelques semaines, les trois filles du groupe Make the Dance Girl se sont données rendez-vous rue Montorgueil, à Paris, sans le moindre tissu sur le dos, tourner le clip de Baby Baby Baby. A force de se rincer l’œil et de jouir des réactions des passants, on en oublierait presque les lancinantes répétitions de la chanson.

 D’autant que le concept n’est pas nouveau : les membres du groupe new-yorkais Matt and Kim (Lessons learned), en strip tease dans une rue de New York, se retrouvent eux aussi à se geler les fesses. Avant de se faire plaquer au sol par deux flics. Nettement plus intéressant.

 Enfin, le sportif Romain Mesnil est allé plus loin. Abandonné par son équipementier, il a tourné une vidéo de lui courant nu dans les rues de Paris, une perche à la main, pour promouvoir deux enchères sur ebay le concernant. La première vendant son contrat de sponsoring à l’entreprise la plus offrante. La seconde à un particulier dont les dons seront reversés à l’ARTC (Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales).

 Allez, comme on sait que vous irez cherchez sur le Net par vous-même, voici le lien du site officiel de Romain Mesnil, où se trouve la vidéo en question : http://www.romain-mesnil.com/

Act up-Paris porte plainte contre la France

Hier mercredi 13 mai 2009, l'association Act Up-Paris a annoncé à travers un communiqué sur son site Internet son intention de porter plainte contre la France auprès de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, en raison de l'annulation de la condamnation pour injures homophobes du député UMP Christian Vanneste le 12 novembre 2008.

"C'est un précédent à même de conduire à une jurisprudence pour le moins embarrassante, qui autoriserait ainsi à dire que "les NoirEs sont inférieurs aux BlancHEs" ou que "les JuifVEs sont une menace pour la survie de l'humanité", etc. C'est aussi la démonstration que les magistratEs de la plus haute juridiction française, qui rendent leur décision au nom du peuple français", sont encore incapables de voir les dégâts des injures homophobes sur notre vie quotidienne."

Pour l'association, ne pas punir des propos tels que ceux tenus par Christian Vanneste ("l'homosexualité est inférieure à l'hétérosexualité", "elle est dangereuse pour la survie de l'humanité") au même titre que les propos racistes ou antisémites revient non seulement à cautionner cette violence verbale, mais aussi de fait toutes les formes de violences physiques qui en découlent de nos jours encore.

Ironie de l'actualité, le pape Benoît XVI réaffirmait aujourd'hui jeudi 14 mai son attachement à la famille traditionnelle et au mariage exclusivement hétérosexuel, sans divorce bien sûr, au cours de la messe en plein air donnée à Nazareth devant plus de 40 000 fidèles.  

Source de l'image : http://www.actupparis.org/

Avec l'aimable autorisation d'Act up-Paris

Lefebvre sur Dailymotion... ou pas

À droite comme à gauche, nos hommes et femmes politiques utilisent autant qu'ils redoutent Internet. Quoi de plus pratique que de mettre en quelques clics un texte ou une vidéo pour promouvoir ses idées au plus grand nombre ? Mais à l'inverse, il n'y a pas d'endroit où une "boulette" circule le plus rapidement. Le dernier à en avoir fait les frais est le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre, qui a transformé une petite gaffe en une grosse, en tentant de faire disparaître son erreur de la toile.  

Ce dernier était l'invité mardi matin de l'émission de France 2 "Les 4 Vérités", au cours de laquelle il a vivement critiqué la position du PS qui s'oppose à la réforme de l'hôpital en s'appuyant sur un sondage.
"Franchement, il n'y a qu'eux qui n'ont pas compris qu'il fallait une réforme de l'hôpital. Je voyais d'ailleurs... il y a un sondage qui dit que 74% des Français l'attendent."

Problème, le sondage dit exactement... l'inverse ! Selon cette enquête BVA, rendue publique mardi par Les Echos et France-Info, 74% des sondés pensent au contraire que les personnels hospitaliers ont raison de s'opposer à la loi "Hôpital, patients, santé et territoires", parce qu'elle privilégierait une "logique comptable".
Frédéric Lefebvre n'ayant pas réalisé immédiatement son erreur, la vidéo de son intervention télévisée a été déposée sur son compte Dailymotion... avant d'être purement et simplement supprimé quelques heures plus tard. Mais c'était déjà trop tard, François Bayrou, résident du MoDem, avait déjà critiqué le matin même les chiffres avancés par le porte-parole de l'UMP, au grand bonheur des médias qui ont pu s'engouffrer dans la brèche.

God save les notes de frais

Au pays de sa majesté Elizabeth II, la presse ne se lasse plus d'épingler les personnalités politiques, députés comme ministres. En cause : les notes de frais parfois exorbitantes de ces derniers. Travaux d'intérieur, frais de bouche ou de déplacement, mais aussi couches-culottes, films pornographiques et balayette pour toilettes, les dépenses révélées dans la presse se sont élevées à plusieurs centaines de milliers de livres sterling. Le Premier ministre lui-même a été épinglé pour des notes de frais d'entre 2004 et 2006 comprenant des dépenses de nettoyage et l'aménagement d'une cuisine pour un montant total d'environ 15000£.

Ce système n'a cependant rien d'illégal, mais dans le climat économique actuel, il apparaît comme insupportable aux yeux des citoyens britanniques. Pour apaiser les consciences, Gordon Brown,a promis à nouveau une réforme destinée à assainir ce système. La réforme devra être à la hauteur de l'indignation provoquée par ces scandales à répétition, car le Parti travailliste souffre de sa plus mauvaise côte de popularité depuis la seconde guerre mondiale, avec seulement 23% d'opinions favorables.

 

Un zizi qui coûte cher

Le 26 septembre 2008, Jean-Paul Laligant, un instituteur de 52 ans, effectue un remplacement dans la classe de Julien, un élève de 9 ans. L'enseignant raconte : "Les enfants sont venus me dire qu'il n'arrêtait pas de montrer son zizi. Je l'ai fait venir à mon bureau, j'ai pris un cutter dans mon cartable et pour ramener le calme, je lui ai dit sur le ton de la plaisanterie : je coupe tout ce qui dépasse".

Une réplique malheureuse aux lourdes conséquences. L'épisode est relaté aux gendarmes deux mois plus tard. S'en suivent une garde à vue de neuf heures, une suspension de l'Éducation nationale avec maintien de traitement, et aujourd'hui lundi 11 mai, Jean-Paul Lalignant a été condamné à "une amende de 500 € avec sursis" par le tribunal correctionnel de Dijon. Le procureur a en effet estimé que "le fait de faire venir un élève à son bureau, de prendre un cutter dans son cartable, d'en sortir la lame et de lui dire je vais couper tout ce qui dépasse, constitue un élément matériel de la violence". L'instituteur, dont l'avenir professionnel reste aujourd'hui incertain, a déclaré à l'AFP ne pas s'attendre "à une condamnation, même symbolique, (mais à) la relaxe", et à confirmé son intention de faire appel.

La réplique était sans aucun doute maladroite, mais l'intrusion du pénal dans une telle affaire apparait pour beaucoup comme disproportionnée, et de nombreuses voix s'élèvent d'ores et déjà contre la décision rendue par la Justice.

Hadopi, TF1 et le Ministère de la Culture

C'est la polémique qui enfle un peu plus chaque jour. Le 7 mai dernier, le journal Libération rapportait que Jérôme Bourreau-Guggenheim, responsable Web chez TF1, avait été licencié pour avoir adressé à titre privé un courriel à sa députée du 17ème arrondissement de Paris, Françoise de Panafieu, dans lequel il exprimait son désaccord envers la loi Création et Internet, dite loi Hadopi. Ce courriel envoyé le 19 février dernier a été transmis au Ministère de la Culture car il était selon les termes de Françoise de Panafieu "très bien construit"et "intéressant".

 Le 4 mars, Jérôme Bourreau-Guggenheim a alors été convoqué et réprimandé chez TF1 au sujet de son courriel, ce dernier ayant été transmis
par le ministère de la Culture à Jérôme Counillon, directeur juridique de la chaîne. Le 16 avril, il reçoit une lettre de licenciement pour "divergence forte avec la stratégie" de TF1. Interrogée à ce sujet, Christine Albanel s'est dite "complètement ahurie par cette affaire", et a déclaré ignorer totalement qui avait pu transmettre ce courriel à TF1.

Ce week-end, on apprenait suite à l'enquête interne que c'était Christophe Tardieu, directeur adjoint du cabinet de la Ministre, qui aurait transmis le message du responsable Web de TF1. Vu les proportions prises par cette affaire, il aurait présenté sa démission. Démission refusée, mais le collaborateur a tout de même été suspendu pour un mois par la Ministre, qui en reconnaissant que la fuite venait bien de ses services a déclaré une "erreur regrettable".

Jérôme Bourreau-Guggenheim quant à lui a saisi les prud'hommes ainsi que la Halde pour licenciement injustifié, le licenciement pour divergence d'opinions politiques n'étant pas toléré dans le droit du travail.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×