Blog

Le message de Barack Obama aux musulmans

"Je suis venu chercher, ici au Caire, un nouveau départ entre les Etats-Unis et les musulmans à travers le monde, un nouveau départ fondé sur l'intérêt mutuel et le respect mutuel. Un départ fondé sur cette vérité que l'Amérique et l'islam partagent des principes communs de progrès, de tolérance et de dignité humaine".

Barck Obama, lors de son voyage officiel au Caire. Le Président des États-Unis, qui a salué son auditoire en arabe, y a également exprimé son souhait que cesse le "cycle de la méfiance" entre son pays et les pays musulmans.

La justice allemande refuse d'interdire une émission de télé-réalité avec bébés

Le tribunal administratif de Cologne a refusé hier mercredi 3 juin 2009 d'interdire la diffusion d'une émission de télé-réalité où des couples d'adolescents s'essaient au rôle de parents. Car dans Adultes à l'essai, le dernier né d'Endemol, la parentalité n'est que fictive, mais les bébés eux sont bien en chair et en os, et sont "prêtés" pour l'occasion. Le premier épisode devrait donc bel et bien être diffusé mercredi soir sur la chaîne privée RTL.

Ironie du calendrier, la Cour de cassation française a quant à elle estimé hier que la participation à une émission de télé-réalité pouvait s'assimiler à un contrat de travail, donnant de ce fait raison aux candidats de l'Ile de la tentation qui réclamaient un salaire.

Il y a 20 ans, la répression de Tian'anmen

"Des centaines de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue pendant des semaines à Pékin et dans l'ensemble du pays, tout d'abord pour honorer la mémoire du dirigeant réformiste disparu Hu Yaobang, puis pour exiger les droits fondamentaux qui leur étaient refusés. (...) Une Chine qui a fait d'énormes progrès économiquement et qui est en train de trouver sa juste place au premier plan sur la scène internationale devrait examiner ouvertement les pages sombres de son passé et publier le décompte de ceux qui ont été tués, arrêtés ou ont disparu".

Hillary Clinton, secrétaire d'État américaine, à la veille des 20 ans de la répression des manifestations de la place Tian'anmen le 4 juin 1989.

Le face à fesses de Brüno et Eminem

Difficile de s'amuser de l'actualité quand l'heure n'est plus qu'à la disparition d'un avion... Mais essayons quand même. Ce week-end, Sacha Baron Cohen, alias Ali G, Borat ou encore dernièrement Brüno, journaliste de mode homosexuel autrichien, est arrivé ce week-end à l'occasion des MTV Movie Awards dans les airs, vêtu d'un costume d'ange.

Mais un "incident" l'a fait se poser les fesses à l'air sur... Eminem, rappeur plus connu pour des dérapages homophobes que pour son sens de l'humour. D'où une certaine colère du chanteur et des amis qui l'accompagnaient. Colère feinte inscrite dans la scénario ou réelle colère ? Nul ne le sait officiellement pour l'instant, mais certaines sources proche de la chaine affirment que le rappeur était bel et bien préparé à ce qui allait lui arriver.

Si le vidéo ne fonctionne pas, cliquez ici.

Le stade ultime du "Lire aux toilettes"

D'un côté, on connaissait les livres de poche. De l'autre, les papiers toilettes "humoristiques", sur lesquels l'on pouvait trouver des petits dictons ou des grilles de sudoku par exemple. Désormais, il y a le roman sur papier toilette : l'écrivain japonais Koji Suzuki a en effet décidé de publier son dernier roman, Drop, sur des rouleaux de papiers hygiènique. Sa sortie est préve pour le 6 juin prochain, et il sera vendu aux alentours de 2 €.

Une nouvelle conception de la démocratisation de la culture donc...

Et si vous voulez plus de détails sur cette merveille, allez donc voir par ici.

Philippe de Villiers a déjà mangé un "Kebac"

"Un Kebac... J'ai aussi mangé un Kebac à Budapest devant les bains turcs."

Philippe de Villiers, au journaliste de RMC Jean-Jacques Bourdin qui lui posait la question "Qu'est ce qu'un Kebab?". Après avoir répondu "C'est une chose qui se mange et qui est pour moi exotique", le pourfendeur de l'entrée de la Turquie au sein de l'Union européenne a jugé bon de compléter sa première réplique par cette anecdote hongroise.

Pour voir la vidéo de Philippe de Villiers sur RMC (qui vaut le détour), cliquez ici. Pour ceux qui ne voudraient voir que les "Trois questions politiquement concrètes", avancez la vidéo à 2'14.

Deux chômeurs pas comme les autres

Artémise et Pink étaient hier à l'agence Pôle Emploi de Cherbourg, en vue de se faire inscrire en tant que demandeurs d'emploi « suite à un licenciement économique ». Leur particularité ? Artémise est une vache, Pink est un cochon. Leurs propriétaires respectifs ont décidé de les emmener symboliquement à l'agence pour dénoncer la crise sans précédent dans laquelle se trouvaient aujourd'hui les secteurs de la production de lait et de l'élevage porcin.

Pendant ce temps avaient lieu à Paris les négociations sur le prix du lait entre producteurs et industriels, qui une nouvelle fois se sont soldées par un échec, aucun accord n'ayant été trouvé. Une réunion « de la dernière chance se déroulera mardi prochain.

Julien Coupat relâché

La justice, menée cette fois-ci par Thierry Fragnoli, n’aura eu besoin que de plus de six mois pour relâcher l’impétueux Julien Coupat, soupçonné d’avoir saboté des lignes TGV. Sous contrôle judiciaire, le jeune homme devra seulement débourser 16 000 euros. Mais Julien, il faut savoir faire des concessions !

Rappelons les faits. Tarnac, novembre 2008. Julien Coupat,  et huit autres personnes sont arrêtés pour sabotage, soupçonnés de terrorisme. Les inculpés sont libérés au compte goutte, Yldune Lévy, la copine de Julien, la dernière. Bien vite, l’affaire Tarnac se transforme en le procès Coupat, celui qui ne se base sur rien d’autre que la suspicion des juges des libertés et le juge d’instruction Fragnoli. Mais c’est sans compter l’appui de l’opinion publique qui a déjà pris position.

 En l’occurrence, la libération de Julien Coupat marque le fonctionnement ironique d’une justice par trop édulcorée. Elle rappelle la série Colonna et ne fait qu’enfoncer un peu plus l’application douteuse d’une législation qui parle pour elle-même. Et perd à nouveau, du même coup, une part de sa légitimité.

 Mais rassurons-nous, tout finit bien, n’est-ce pas ? Et si Julien se voit imposé certaines restrictions, ce n’est pas dans les bras d’Yldune qu’il cherchera du réconfort. Il lui est interdit de voir ses complices. On irait presque prier pour une petite dérogation sentimentale !

Recordman des plaintes, il poursuit le Guinness des records

Jonathan Lee Riches, alias "Sue-per-man" ou "Johnny-Sue-nami" (le terme "sue" signifiant en anglais "poursuivre en justice"), actuellement incarcéré à la prison de Lexington (Kentucky, Etats-Unis) pour fraude électronique, a décidé de poursuivre en justice le Guiness Book des Records.

Motif ? Le prestigieux livre l'a inscrit sans son autorisation dans sa version 2010 comme... le détenteur du record du nombre de poursuites judiciaires lancées ! L'homme en a en effet plus de quatre mille à son actif. Parmi ses "victimes", on retrouve entre autres Georges W. Bush, Britney Spears, Che Guevara, Platon, la Tour Eiffel, Nostradamus, Adolf Hitler, l'Empire Romain, les dieux nordiques, Google ou encore la reine d'Angleterre. Et bientôt Barack Obama ?

Faux électeurs : les Tiberi condamnés

L'ancien maire de Paris et actuel député-maire UMP du Ve arrondissement Jean Tiberi a été condamné aujourd'hui par le tribunal correctionnel de Paris à dix mois de prison avec sursis, 10 000 € d'amende et trois ans d'inéligibilité, dans l'affaire des faux électeurs. Son épouse Xavière a quant à elle été condamnée à neuf mois de prison avec sursis et 5 000 € d'amende. La première adjointe à la mairie du Ve arrondissement enfin, Anne-Marie Affret, a essuyé une peine de neuf mois de prison avec sursis, 1 500 € d'amende et deux ans d'inéligibilité.

Selon le verdict, le député-maire a porté "atteinte à la sincérité d'un vote par manoeuvres frauduleuses entre 1994 et 1997". À noter toutefois que les peines d'inéligibilité ne seront effective qu'une fois toutes les voies de recours épuisées, ce qui permettra notamment à Jean Tiberi de conserver ses mandats en cours en attendant la décision de la Cour d'appel, voire celle de la Cour de cassation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site